LES QUAT'ZARTS


Paroles & Musique : Georges Brassens


Rém                                                         Sol7                    Do     La7              Rém
Les copains affligés, les copines en pleurs, La boite à Dominos, enfouie sous les fleurs
                                                                  Sol7                      Do Lam Ré7 Sol7   Do    Do7
Tout le monde équipé de sa tenue de deuil, La farce était bien bonne et valait le coup d'il
         Fa                               Si7                    Mim Lam                                   Ré7 Sol7 Do La7
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : L'enterrement paraissait officiel. Bravo !

Le mort ne chantait pas : « Ah c'qu'on s'emmerde ici ! » Il prenait son trépas à cur cette fois ci.
Et les bonhommes chargés, de la levée du corps, Ne chantaient pas non plus : « Saint Éloi bande encore ! ».
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Le macchabée semblait tout à fait mort. Bravo !

Ce n'étaient pas du tout des filles en tutu, Avec des fesses à claques et des chapeaux pointus
Les commères choisies pour le cordon du poêle, Et nul ne leur criait : « A poil ! A poil ! A poil ! »
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Les pleureuses sanglotaient pour de bon. Bravo !

Le curé n'avait pas un goupillon factice, Un de ces goupillons en forme de phallus,
Et quand il y alla de ses De Profondis, L'enfant de cur répliqua pas morpionibus
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Le curé venait pas de Camaret. Bravo !

On descendit la bière, et je fus bien déçu, La blague maintenant frisait le mauvais goût,
Car le mort se laissa jeter la terre dessus, Sans lever le couvercle en s'écriant : « Coucou ! »
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Le cercueil n'était pas à double fond. Bravo !

Quand tout fut consommé, je leur ai dit : « Messieurs, Allons faire à présent la tournée des boxons »
Mais ils m'ont regardé avec de pauvres yeux, Puis ils m'ont embrassé d'une étrange façon.
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Leur compassion semblait venir du cur. Bravo !

Quand je suis ressorti de ce champ de navets, L'ombre de l'ici gît, pas à pas me suivait,
Une petite croix de trois fois rien du tout, Faisant à elle seule de l'ombre un peu partout.
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : Les revenants s'en mêlaient à leur tour. Bravo !

J'ai compris ma méprise un petit peu plus tard, Quand allumant ma pipe avec le faire-part,
J'm'aperçus que mon nom, comme celui d'un bourgeois, Occupait sur la liste une place de choix.
Les quat'zarts avaient fait les choses comme il faut : J'étais le plus proche parent du défunt. Bravo !

Adieu les faux tibias, les crânes de carton, Plus de marche funèbre, au son des mirlitons.
Au grand bal des quat'zarts, nous n'irons plus danser, Les vrais enterrements viennent de commencer
Nous n'irons plus danser au grand bal des quat'zarts, Viens pépère on va se ranger des corbillards. (bis)

 

  transposer la grille