LE MODESTE


Paroles & Musique : Georges Brassens


Do                                   Do7M         Do7                           Fa                      Rém7     Sol7         Do
Les pays, c'est pas ça qui manque, On vient au monde à Salamanque, A Paris, Bordeaux, Lille, Brest(e).
       Do              Do7M  Do7                        Fa                      Do Sol7 Do
Lui, la nativité le prit, Du côté des Saintes-Maries, C'est un modeste.

Comme jadis a fait un roi, Il serait bien fichu, je crois, De donner le trône et le reste,
Contre un seul cheval camarguais, Bancal, vieux, borgne, fatigué, C'est un modeste.

Suivi de son pin parasol, S'il fuit sans même toucher le sol, Le moindre effort comme la peste,
C'est qu'au chantier ses bras d'Hercule, Rendraient les autres ridicules, C'est un modeste.

A la pétanque, quand il perd, Te fais pas de souci, pépère, Si d'aventure il te conteste.
S'il te boude, s'il te rudoie, Au fond, il est content pour toi, C'est un modeste.

Si, quand un emmerdeur le met, En rogne, on ne le voit jamais, Lever sur l'homme une main leste.
C'est qu'il juge pas nécessaire, D'humilier un adversaire, C'est un modeste.

Et quand il tombe amoureux fou, Y a pas de danger qu'il l'avoue, Les effusions, dame, il déteste.
Selon lui, mettre en plein soleil, Son cur ou son cul c'est pareil, C'est un modeste.

Quand on enterre un imbécile, De ses amis, s'il raille, s'il, A l'il sec et ne manifeste,
Aucun chagrin, t'y fie pas trop : Sur la patate, il en a gros, C'est un modeste.

Et s'il te traite d'étranger, Que tu sois de Naples, d'Angers, Ou d'ailleurs, remets pas la veste.
Lui, quand il t'adopte, pardi ! Il veut pas que ce soit le dit, C'est un modeste.

Si tu n'as pas tout du grimaud, Si tu sais lire entre les mots, Entre les faits, entre les gestes.
Lors, tu verras clair dans son jeu, Et que ce bel avantageux, C'est un modeste.

 

  transposer la grille