LE CHAPEAU DE MIREILLE


Paroles & Musique : Georges Brassens


Sol7                     Do    Sol7                         La7
Le chapeau de Mireille, quand en plein vol je l'ai rattrapé,
La7                     Rém         Do        Lam7      Rém7 Sol7
Entre Sète et Marseille, quel est l'bon vent qui l'avait chipé
Sol7                     Do    Sol7                         La7
Le chapeau de Mireille, quand en plein vol je l'ai rattrapé,
La7                    Rém           Si7                   Mim
Entre Sète et Marseille, quel joli vent l'avait chipé

                       Sol7                     Do                            Sol7                   Do   Do7                  La7      Rém7
C'est pas le zéphyr, n'aurait pu suffire, c'est pas lui non plus, l'aquilon joufflu, c'est pas pour autant, l'autan,
                                  Fa        Sol7         La7                       Fa            Sol7       Do
Non mais c'est le plus fol et le plus magistral, de la bande à Éole en un mot le mistral
                      Fa             Sol7    La7                                  Fa Sol7                       Do
Il me la fit connaître aussi dorénavant je ne mouds plus mon blé qu'à des moulins à vent

Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand la jupe à Mireille, haut se troussa, haut se retroussa,
La7                     Rém         Do        Lam7      Rém7 Sol7
Découvrant des merveilles, quel est l'bon vent qui s'est permis ça
Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand la jupe à Mireille, haut se troussa, haut se retroussa,
La7                    Rém           Si7                   Mim
Découvrant des merveilles, quel joli vent s'est permis ça

                       Sol7                     Do                            Sol7                   Do   Do7                  La7      Rém7
C'est pas le zéphyr, n'aurait pu suffire, c'est pas lui non plus, l'aquilon joufflu, c'est pas pour autant, l'autan,
                                  Fa        Sol7         La7                       Fa            Sol7       Do
Non mais c'est le plus fol et le plus magistral, de la bande à Éole en un mot le mistral
                      Fa             Sol7    La7                                  Fa Sol7                       Do
Il me montra sa jambe aussi reconnaissant, je lui laisse emporter mes tuiles en passant

Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand j'embrassai Mireille, qu'elle se cabra, qu'elle me rembarra
La7                     Rém         Do        Lam7      Rém7 Sol7
Me tira les oreilles, quel est l'bon vent qui retint son bras
Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand j'embrassai Mireille, qu'elle se cabra, qu'elle me rembarra
La7                    Rém           Si7                   Mim
Me tira les oreilles, quel joli vent retint son bras

                       Sol7                     Do                            Sol7                   Do   Do7                  La7      Rém7
C'est pas le zéphyr, n'aurait pu suffire, c'est pas lui non plus, l'aquilon joufflu, c'est pas pour autant, l'autan,
                                  Fa        Sol7         La7                       Fa            Sol7       Do
Non mais c'est le plus fol et le plus magistral, de la bande à Éole en un mot le mistral
                      Fa             Sol7    La7                                  Fa Sol7                       Do
Il m'épargna la gifle aussi dessus mon toit, y'avait qu'une girouette, y'en a maintenant trois

Sol7                     Do    Sol7                         La7
Et quand avec Mireille, dans le fossé, on s'est enlacés
La7                     Rém         Do        Lam7      Rém7 Sol7
A l'ombre d'une treille, quel est l'bon vent qui nous a poussés
Sol7                     Do    Sol7                         La7
Et quand avec Mireille, dans le fossé, on s'est enlacés
La7                    Rém           Si7                   Mim
A l'ombre d'une treille, quel joli vent nous a poussés

                       Sol7                     Do                            Sol7                   Do   Do7                  La7      Rém7
C'est pas le zéphyr, n'aurait pu suffire, c'est pas lui non plus, l'aquilon joufflu, c'est pas pour autant, l'autan,
                                  Fa        Sol7         La7                       Fa            Sol7       Do
Non mais c'est le plus fol et le plus magistral, de la bande à Éole en un mot le mistral
                      Fa             Sol7    La7                                  Fa Sol7                       Do
Il me coucha sur elle, en échange aussitôt, j'ai mis une voile de plus à mon petit bateau

Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand j'ai perdu Mireille, que j'épanchai le cur affligé
La7                     Rém         Do          Lam7      Rém7 Sol7
Des larmes sans pareil, quel est l'bon vent qui les a séchées
Sol7                     Do    Sol7                         La7
Quand j'ai perdu Mireille, que j'épanchai le cur affligé
La7                    Rém           Si7                   Mim
Des larmes sans pareil, quel joli vent les a séchées

                       Sol7                     Do                            Sol7                   Do   Do7                  La7      Rém7
C'est pas le zéphyr, n'aurait pu suffire, c'est pas lui non plus, l'aquilon joufflu, c'est pas pour autant, l'autan,
                                  Fa        Sol7         La7                       Fa            Sol7       Do
Non mais c'est le plus fol et le plus magistral, de la bande à Éole en un mot le mistral
                      Fa             Sol7    La7                                  Fa Sol7                       Do
Il balaya ma peine aussi sans lésiner, je lui donne toujours mes bufs à décorner

 

  transposer la grille