L'INESTIMABLE SCEAU


Paroles : Georges Brassens
Musique : Claude Duguet


Ré                                                                       La7                                                                  Ré
Ma mie, en ce temps-là, chaque année au mois d'août, Se campait sur la grève, et ça m'était très doux
         Sol             Fa#7          Sim Mi7     La7 Ré
D'ainsi la voir en place. D'ainsi la voir en place.
                                                        La7                                                                 Ré
Dans cette position, pour se désennuyer, Sans jamais une erreur, ell' comptait les noyés
      Sol             Fa#7       Sim Mi7      La7 Ré
En suçant de la glace. En suçant de la glace.

                                                          La7                                               Ré
Ses aimables rondeurs avaient fait à la fin, Un joli petit trou parmi le sable fin,
    Sol            Fa#7  Sim Mi7  La7 Ré
Une niche idéale. Une niche idéale.
                                                                La7                                                                     Ré
Quand je voulais partir, elle entrait en courroux, En disant : « C'est trop tôt, j'ai pas fini mon trou »
         Sol                  Fa#7             Sim Mi7          La7 Ré
C'est pas le trou des Halles. C'est pas le trou des Halles.

                                                                  La7                                                            Ré
Près d'elle, un jour, passa superbe un ange blond, Un bellâtre, un bélître au torse d'Apollon,
        Sol             Fa#7       Sim Mi7      La7 Ré
Une espèce d'athlète. Une espèce d'athlète.
                                                                    La7                                                 Ré
Comme mue d'un ressort, dressée sur son séant, Elle partit avec cet homme de néant,
       Sol              Fa#7       Sim Mi7      La7 Ré
Costaud de la Villette. Costaud de la Villette.

                                                              La7                                                                       Ré
La volage, en volant vers ce nouveau bonheur, Me fit un pied de nez doublé d'un bras d'honneur,
    Sol            Fa#7       Sim Mi7      La7 Ré
Adorable pimbêche ! Adorable pimbêche !
                                                        La7                                                                      Ré
J'hésite à simuler ce geste, il est trop bas. On vous l'a souvent fait, d'ailleurs je ne peux pas
      Sol              Fa#7          Sim Mi7       La7 Ré
La guitare m'empêche ! La guitare m'empêche !

                                                              La7                                                                    Ré
J'eus beau la supplier : « De grâce, ma Nini, Rassieds-toi, rassieds-toi : ton trou n'est pas fini. »
      Sol                 Fa#7          Sim Mi7         La7 Ré
D'une voix sans réplique, D'une voix sans réplique,
                                                                         La7                                                             Ré
« Je m'en fous » cria-t-elle « Et puisqu'il te plaît tant, C'est l'instant ou jamais de t'enfouir dedans :
        Sol                      Fa#7              Sim Mi7              La7 Ré        Mi
T'as bien fait La Supplique ! T'as bien fait La Supplique ! »

                                                        Si7                                                        Mi
Et je retournai voir, morfondu de chagrin, La trace laissée par la chute de ses reins,
       La                 Sol#7      Do#m Fa#7  Si7 Mi
Par ses parties dodues. Par ses parties dodues.
                                                             Si7                                                             Mi
J'ai cherché, recherché, fébrile jusqu'au soir, L'endroit où elle avait coutume de s'asseoir,
      La               Sol#7   Do#m Fa#7 Si7 Mi
Ce fut peine perdue. Ce fut peine perdue.

                                                     Si7                                                Mi
La vague indifférente hélas avait roulé, Avait fait plage rase, avait annihilé
          La                   Sol#7           Do#m Fa#7    Si7 Mi
L'empreinte de ses sphères. L'empreinte de ses sphères.
                                                   Si7                                                                       Mi
Si j'avais retrouvé l'inestimable sceau, Je l'aurais emporté, grain par grain, seau par seau,
            La                 Sol#7            Do#m Fa#7  Si7 Mi Si7 Mi
Mais m'eût-on laissé faire ? Mais m'eût-on laissé faire ?

 

  transposer la grille