GERMAINE TOURANGELLE


Texte de Paul Fort


Cette gerbe est pour vous, Manon des jours heureux,
Pour vous cette autre, eh ! Oui, Jeanne des soirs troublants.

Plus souple vers l'azur et déchiré des Sylphes,
Voilà tout un bouquet de roses pour Thérèse.

Où donc est-il son fin petit nez qui renifle ?
Au paradis ? Eh ! Non, cendres au Père-Lachaise.

Plus haut, cet arbre d'eau qui rechute pleureur,
En saule d'Orphélie, est pour vous, Amélie.

Et pour vous ma douceur, ma douleur, ma folie !
Germaine Tourangelle, Ô vous la plus jolie.

Le fluide arc-en-ciel s'égrenant sur mon cur.