titre page

écrire un nouveau messageretourner au forum 
Brassens Ronsard Supplique
Ecrit par A-Lise le 26 mai 2021
Bonjour,

Je relis ce poème de Ronsard aujourd'hui et je me dis : "Ah oui, j'avais oublié" ! que j'avais découvert ce lien entre le poème et la chanson, un jour de pluie. Alors je le partage. 
 

" Quand le ciel et mon heure

Jugeront que je meure,

Ravy du beau séjour

Du commun jour


Je défends qu’on ne rompe

Le marbre, pour la pompe

De vouloir mon tombeau

Bastir plus beau ;

 

Mais je veux bien qu’un arbre

M’ombrage eu lieu d’un marbre

Arbre qui soit couvert

Toujours de vert.

 

De moy puisse la terre

Engendrer un lierre,

M’embrassant en maint tour

Tout à l’entour,

 

Et la vigne tortisse

Mon sépulchre embellisse

Faisant de toutes parts

Une ombre espars

 

Là viendront chaque année

A ma feste ordonnée

Avecque leurs troupeaux

Les pastoureaux…"


Voilà ! C'est beau, n'est-ce pas ? 

Anne-Lise (qui, d'ailleurs, écrit aussi des chansons à texte en français pour le plaisir) ici :  https://www.youtube.com/channel/UCgiMYJLr0SkKGC_ZR2uX2Tw



répondre à ce message
Re : Brassens Ronsard Supplique
Ecrit par gil le 13 juin 2021
Salut Anne Lise,
d'abord merci pour ce jolie poème qui n'aurait sans doute pas déplu à George et que je trouve personnellement très touchant. D'autre part, je suis allé fouiller un peu sur ton lien et j'ai bien apprécié tes chansons. jolis textes bien habillés musicalement. Bravo!!


répondre à ce message
Re : Brassens Ronsard Supplique
Ecrit par A-Lise le 2 juillet 2021
Merci Gil pour ce gentil retour que j'apprécie de découvrir une nuit d'insomnie ! Je crois sur le plus dur quand on écrit des chansons, c'est de sauter le pas pour les chanter en public.

A mon sens, GB l'a lu ce poème-là. 

répondre à ce message
Re : Brassens Ronsard Supplique
Ecrit par LONJON Jacques le 11 septembre 2021
Bonjour A-Lise
Merveilleux Ronsard ... Il n'est pas impossible que ce poème ait chatouillé l'oreille de Brassens. 
Dans "Brassens ... Chez Jeanne" ouvrage de J. Stroobants et E. Zimmermann, on trouve un quatrain de Champfleury (1821-1889) :

La mort au coin d'un carrefour
Fait des agaceries aux passants,
Elle retrousse un peu sa robe
Et apparaît aux débauchés.

Qui donnera sous la plume de Brassens un couplet d'Oncle Archibald :

Telle un' femme de petit' vertu
Elle arpentait le trottoir du
Cimetière,
Aguichant les hommes en troussant
Un peu plus haut qu'il n'est décent
Son suaire.



répondre à ce message
écrire un nouveau messageretourner au forum